L’apprentissage de la propreté

L’apprentissage de la propreté

Juliana Duarte, éducatrice Maître Montessori à Montessori de la Colline, a mis en place l’apprentissage de la propreté dans sa classe Bambins (18-36 mois) de la façon décrite ci-dessous.  En quelques mois, plusieurs enfants de sa classe sont passés de la couche à la petite culotte. Coïncidence? Nous avions envie de vous partager sa démarche et ses conseils selon sa lecture du ‘’Montessori Classroom guide’’.

 

——-

La propreté est un sujet qui concerne les parents et la garderie. La cohérence entre tous les intervenants autour de l’enfant est essentielle pour  cet apprentissage.

Pourquoi aborder la question d’un point de vue Montessori?  Simplement pour l’approche. Une approche ouverte, au rythme de l’enfant, sans pression, sans attente.  Une approche où tout le nécessaire pour cet apprentissage est à portée d’enfants et réfléchi.

Dans la pédagogie Montessori, la propreté est considérée comme étant une compétence pratique que l’enfant développe lorsqu’il est prêt, intéressé, encouragé et qu’il a eu l’occasion de se pratiquer.

Il est très important, en tant qu’adulte, d’être disposé à guider l’enfant à la propreté en respectant son rythme à lui. Inutile d’aller plus vite, l’enfant doit être prêt physiquement et psychologiquement. Il ne faut pas le comparer aux autres enfants de son âge, chacun possède sa propre cadence.  L’apprentissage se fera  de façon beaucoup plus naturelle et rapide si l’enfant est complètement prêt et qu’il ne ressent pas de pression.

 

Certains signes chez l’enfant nous démontrent qu’il est prêt pour l’apprentissage à la propreté.  Certains enfants les démontreront tous, d’autres quelques-uns à la fois et certains autres que 2 ou 3 qu’il nous faudra attendre patiemment.  Soyons de fins observateurs.

 

  • Il reconnaît que ses couches sont mouillées ou souillées.
  • Il rester au sec pendant au moins 2 heures.
  • Il n’aime pas mouiller ou salir sa couche ou ses sous-vêtements.
  • Il reconnaît les signes physiques que sa vessie et son intestin doivent être vidés.
  • Il a la capacité de se rendre à la toilette seul.
  • Il est capable de baisser son pantalon ou son sous-vêtement.
  • Il est capable de s’asseoir seul sur la toilette.
  • Il est capable de rester assis  assez longtemps pour vider sa vessie ou ses intestins complètement.
  • Il est capable de s’essuyer après avoir fait pipi. (Un enfant n’a pas la capacité physique d’essuyer ses fesses correctement avant l’âge de 4 ans.)
  • Il est capable de descendre de la toilette seul.
  • Il est capable de se laver et de se sécher les mains avec de l’aide.

 

En tant que parent ou éducateur, comment pouvons-nous amener les enfants à démontrer les signes précurseurs mentionnés ci-haut?  Il est possible de mettre en place un environnement favorisant l’intérêt pour les enfants d’aller à la toilette. Voici quelques étapes, celles que nous avons respectées en classe, afin de guider les enfants dans cet apprentissage :

 

État de préparation:

Selon la théorie, l’enfant moyen a la capacité d’être propre le jour vers l’âge de 3 ans et la nuit vers l’âge de 5 ans.  Avant cela, pas la peine de s’inquiéter. Il faut tenir compte du fait que cette capacité peut être affectée par des facteurs externes tels que la naissance d’une fratrie, la maladie, le divorce des parents, le déménagement, l’absence d’êtres chers ou d’animaux de compagnie, etc.

À cette étape, les enfant reconnaissent généralement certaines sensations physiques et peuvent manifester de l’intérêt pour aller à la toilette. Afin de susciter cet intérêt, l’éducateur peut intervenir en encourageant leur affection pour l’eau (activités d’eau, lavage des mains, etc.), en les laissant observer l’utilisation de la salle d’eau et de la toilette par les autres enfants, en lisant des livres, en évitant les expressions montrant du dégoût au moment de changer les couches, en leur faisant prendre conscience qu’ils sont mouillés et en les invitant à participer activement à leur changement de couche qui se fera debout pour plus d’autonomie.

 

Cohérence:

La cohérence entre la garderie et la maison est nécessaire lorsque l’on parle d’apprentissage à la propreté. Il est recommandé d’utiliser la même terminologie pour nommer l’urine et les selles dans les deux milieux de vie;  “pipi, caca”.

Comme Montessori est basé sur un système de récompense interne qui met l’accent sur la satisfaction intérieure et le sentiment de fierté des enfants lorsqu’ils font un travail qui les intéresse, il n’y a pas de récompense ni de punition dans l’apprentissage de la propreté non plus, mais simplement la reconnaissance des actions de l’enfant: «Merci Margot de m’avoir dit que tu avais envie de faire pipi.  Viens, on va aller à la salle de bain.» ou  «Merci Margot de me dire que ta couche est mouillée.  Viens, on va te changer!»

Il est important de savoir que les incidents sont normaux. Ils devraient être traités avec respect. «Oh tu es mouillé.  Ce n’est pas grave. Viens, on va te changer!» Il ne faut pas créer un sentiment d’échec chez l’enfant qui pourrait se décourager et avoir envie d’abandonner.  Par contre, lors d’un incident, les enfants peuvent eux-mêmes se changer de vêtements et aider à nettoyer.

Lorsque les parents viennent chercher leur enfant à la garderie, il est préférable de ne pas mettre l’accent uniquement sur la propreté.  Il ne faut pas non plus le chicaner si des incidents ont eu lieu. Cela, toujours dans le but de ne pas faire sentir l’échec à l’enfant et de faciliter sa collaboration dans cet apprentissage dont il est le principal intéressé.

 

Vêtements:

Il faut utiliser des vêtements appropriés pour faciliter à l’enfant la tâche de les enlever. Privilégiez les pantalons avec des élastiques, sans bouton à pression, ni petit bouton, ceinture ou cache couche.

Lorsque l’enfant démontre quelques signes précurseurs et que nous commençons le processus avec lui, il ne faut pas avoir peur de mettre l’enfant en vêtements de tissu rapidement pendant la journée. Ainsi, s’ils s’échappent, il se sentira mouillé davantage que s’il est en couche.

Il est aussi important d’avoir assez de vêtements de rechange à la garderie (pantalon, sous-vêtement, chaussettes, chandail).

 

Équipements:

La salle d’eau doit être adaptée à l’enfant qui cherche à aller à la toilette de façon indépendante : toilette à hauteur d’enfants ou petit banc pour aider l’enfant à atteindre la toilette plus élevée. Il faut idéalement éviter les décorations qui distrairont l’enfant de son objectif principal.

 

Propreté:

L’hygiène fait partie intégrante de l’apprentissage à la propreté et il faut dès le début montrer à l’enfant comment utiliser le papier de toilette, tirer la chasse d’eau et se laver les mains après avoir fait ses besoins.

Une fois tout ceci mis en place, l’enfant aura tout le nécessaire pour faciliter son apprentissage à la propreté lorsqu’il sera prêt. D’ici là, soyons patients, ouverts et à l’écoute des besoins de nos tout-petits en apprentissage de la vie.

 

Écrit par: Juliana Duarte, éducatrice Maître Montessori, Montessori de la Colline

Référence : 2016, Montessori Classroom Guide (Infant/Toddler 0-3 ). North American Montessori Center. Pg 124-135