MINIMALISME ET MONTESSORI

Capture d’écran 2016-09-08 à 11.05.15

MINIMALISME ET MONTESSORI

« A place for everything and everything in its place. » – Dr. Maria Montessori

 

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les classes Montessori sont si belles, calmes et ordonnées tandis qu’à la maison on a plutôt l’impression de vivre dans le chaos des jouets et gogosses éparpillés? Je m’étais juré : « Non, pas chez nous! ». Plusieurs fondements de la pédagogie Montessori sont parfaitement alignés avec un mode de vie à tendance minimaliste. Je m’en inspire grandement au quotidien avec mes loulous.

 

Deux enfants et une petite maison plus tard, je trouve qu’on y arrive! Ce n’est pas parfait, comme tout dans la vie. Mais j’ai réalisé rapidement que c’est souvent une question de choix, car nous sommes loin de dépenser une fortune pour nos enfants. J’avoue avoir enfin réussi à atteindre un certain état de calme et d’ordre au quotidien dans la maison. Je n’ai pas l’impression de vivre dans le chaos matériel. Notre maison commence à ressembler à ce dont on rêve : un endroit confortable et aéré, qui encourage le développement de la concentration, le calme, le jeu et le bien-être. Un petit sanctuaire nous protégeant d’un monde bruyant, trop occupé, surstimulant. Et ça me demande moins de temps, moins d’organisation et moins d’espace physique et mental.

 

Je pense que le concept d’environnement préparé proposé par la pédagogie Montessori est un outil puissant dont on peut s’inspirer pour y arriver. Autant pour nos objets de tous les jours que ceux pour les enfants. Voici quelques principes de base Montessori qui, à mon sens, rejoignent fortement mes idéaux minimalistes :

 

Simplicité. Nous faisons des efforts réguliers pour éliminer le superflu. Autant en ce qui a trait aux jouets, vêtements et utilitaires pour les enfants qu’en ce qui concerne nos propres possessions. Les jouets et activités pour les enfants sont simples, peu nombreux et choisis avec soin et réflexion. Dans ma tête, le fait de donner des jouets simples, neutres et inanimés à mes enfants les obligent à trouver le plaisir dans ces objets, qui à première vue ne semblent pas apporter grand-chose. Ça leur donne toute la liberté de faire fleurir leur motivation intrinsèque.

 

Ordre. En prenant soin de séparer les jouets dans des paniers et petits plateaux et en les disposant sur des étagères basses à la hauteur des enfants, les enfants visualisent bien ce qu’ils possèdent et trouvent rapidement ce dont ils ont besoin. Le fait d’utiliser des paniers et des plateaux aide fortement à les inciter à remettre les choses à leur place. C’est facile pour eux de prendre le panier pour s’installer, jouer puis ramener le panier à sa place. Plus facile en tout cas que de prendre des choses au fond d’un grand coffre, aller jouer plus loin puis ramener chacun de ces objets dans le coffre, souvent un ou deux à la fois. Sans être militaire sur la question, nous encourageons le fait de ranger après utilisation depuis qu’ils sont tout-petits et on voit bien que ça commence tranquillement à s’ancrer.

 

J’adore l’idée que cela les aide à conserver leur sens de l’ordre, un sens que les enfants auraient naturellement, selon Maria Montessori, en plus de les encourager à respecter et prendre soins de ce qu’ils possèdent. Je répète souvent à Henri que si il aime assez quelque chose pour le ranger, c’est qu’il l’aime assez pour le garder et l’utiliser. Si il ne l’aime pas assez pour prendre le temps de le ranger, probablement qu’on ne devrait pas le garder. Je ne dis pas cela sur un ton de menace, mais bien sur la base d’une discussion en gardant une ouverture face à son opinion et son comportement à ce moment. Il lui est arrivé de me dire qu’il n’aimait pas assez quelque chose pour le ranger. J’ai alors rangé l’objet hors de sa vue pendant un certain temps avant de juger si c’était parce qu’il n’était pas rendu là dans ses intérêts ou si c’était parce que vraiment on en avait pas besoin. Beaucoup d’épuration a suivi ces discussions!

 

Beauté et qualité.  À mon sens, des objets simples, esthétiques et de qualité encouragent l’harmonie dans toute sa simplicité. Selon Maria Montessori, un enfant, avant l’âge de 6 ans, apprend non seulement par contact direct avec son environnement en travaillant de ses mains mais aussi en absorbant tout avec ses cinq sens. L’enfant absorberait littéralement tout ce qui se trouve dans son environnement. Miser non seulement sur des objets de qualité mais aussi qui présentent un certain esthétisme invoquerait le respect de soi chez l’enfant tout en démontrant le respect que l’on porte à nos enfants tout en développant leur appréciation de la beauté. J’ajouterais même, de façon tout à fait égoïste, que j’ai beaucoup moins de misère à tolérer des jouets dans mon salon s’ils sont agréables à mon oeil d’adulte. Ça contribue à mon calme intérieur à moi.

 

Matières naturelles. De par son grand respect pour la nature et la planète, Maria Montessori prônait l’utilisation de matériel fabriqué à partir d’éléments naturels comme le bois et le verre.  Elle insistait sur le fait qu’il est primordial d’utiliser la nature pour inspirer les enfants, que ce soit par l’utilisation de matière naturelle ou en donnant la chance le plus possible aux enfants d’être en contact avec la nature, d’apprendre à la connaître et la respecter. Ça, ça parle grandement à mon côté environnemental (et esthétique!). Ici, nous prônons les jouets en bois, mais on a aussi quelques items en plastique, choisis avec soins, provenant des marchés aux puces.

 

– – –

 

On dit que les enfants sont souvent ingrats. Peut-être. Mais est-ce qu’on peut se demander, une minute, si on ne contribue pas un peu à en faire de petits matérialistes sur deux pattes? En tant que parent, on est bombardé d’éléments commerciaux concernant tous ces jouets et objets de puériculture supposément essentiels pour le développement et le bien-être de nos enfants. Littéralement bombardés! On remplit notre maison d’objets en tout genre, convaincus qu’on sera mieux préparés, qu’on vivra mieux ou plus facilement certaines situations de parents. Ce n’est pas évident de s’y retrouver.

 

Et si cette abondance influençait nos enfants? Au plus profond de moi, je rêve d’enfants remplis de gratitude, travaillant, heureux et satisfaits. J’ai l’impression que les principes de la pédagogie Montessori nous approche de cet idéal.

 

Je vous invite à lire cet article de mon blogue où je parle de l’étourdissement vécu par Henri durant une période où on avait simplement trop de jouets!

http://www.rubancassette.com/sauvages/2015/04/matérialisme.html

 

Collaboration spéciale : Elisabeth Simard de Ruban Cassette